Appel pour la mission 2016


Rome, 25 Octobre 2016

A tous les membres de la Congrégation de la Mission 
Mes chers confrères,
Que la grâce et la paix de Jésus soit toujours avec nous !
 

A chacun de vous, j’envoie mes cordiales salutations en ce mois d’octobre spécialement consacré à la prière du Rosaire, à la réflexion et à l’action efficace pour les missions ad Gentes.

  1. Etre missionnaire c’est notre vocation depuis notre baptême, quand nous sommes officiellement devenus membres de l’Eglise Universelle et que nous avons reçu une mission spéciale.
  2. Etre missionnaire c’est notre identité comme membres de la Congrégation de la Mission. Nous portons le nom de missionnaire que le peuple nous a donné, depuis la fondation de la Congrégation et que S. Vincent a expliqué au début des Règles Communes.
  3. La toute récente 42e. Assemblée Générale a mis en évidence et a souligné notre commun désir de continuer à renforcer et à développer nos Missions Internationales et les autres missions.
  4. Etre prêt à partir vers d’autres pays de mission dans le monde est la base de notre charisme.
  5. Ceci dit, avant de répondre à de si nombreux appels et besoins qui nous parviennent de partout dans le monde, nous avons d’abord besoin de renforcer les Missions Internationales que nous avons déjà ouvertes ainsi que les autres missions.
  6. La bonne préparation des confrères qui iront dans les Missions Internationales et dans les autres missions, est l’une des recommandations et des demandes de la dernière Assemblée Générale.
    Pour cela, nous avons, dans notre Tempo Forte d’Octobre, parlé d’un programme qui préparerait les Confrères à leur futur travail dans les Missions Internationales ou les autres missions.
  7. Répondre positivement aux multiples demandes et besoins de par le monde, devient alors un sujet important qui demande la collaboration et l’aide mutuelle.

Si deux, dix ou 30 confrères vont dans les nouvelles missions, c’est toute la Congrégation qui va avec eux. Tous les confrères viennent d’une Province, d’une Vice-province ou d’une Région réelles. Quand un confrère quitte une place de sa province, de sa vice-province ou de sa Région pour se rendre dans une autre, il faut lui trouver un remplaçant. La possibilité que nous avons de faire appel au Visiteur, au Vice-visiteur et au Supérieur Régional d’accepter un nouveau travail à la place du ou des confrères qui sont partis vers un nouveau terrain – bien que cela demande une surcharge de travail – cette possibilité deviendrait signe d’aide mutuelle, de collaboration et un témoignage du fait que nous accomplissions tous une commune mission dans notre commune vocation. Ainsi nous pouvons signifier que nous partons tous vers une nouvelle mission. Nous répondons tous positivement à l’appel de la mission, ceux qui partent en mission comme ceux qui restent sur place et tous donnent à tous l’occasion de répondre aux appels que nous avons reçus et à ceux qui continuent à nous arriver.

Voici les besoins des Missions Internationales et Provinciales :

AFRIQUE 

Missions Internationales :

Angola (2012)
Langues : Langue locale et le portugais.
Les confrères travaillent dans les paroisses, accompagnent les communautés locales et la Famille Vincentienne. Les Confrères qui y travaillent sont : Marco Gumeiro et Jason Cristian Soto Herrera. Ils sentent le besoin de plus de missionnaires afin d’étendre leur ministère.

Bénin (2013)
Langues : Langue Locale et le français.
Les confrères travaillent dans les paroisses, aident les Sœurs de la Médaille Miraculeuse et la Famille Vincentienne. Les Missionnaires qui y travaillent sont : Stanislaw Deszcz et Jakub Hiler. Ils sentent le besoin de missionnaires. Cette mission est surtout aidée par la Province de Pologne.

Tchad (2012)
Langues : Langue Locale et le français.
Elle est aidée par le COVIAM (La Conférence des Visiteurs d’Afrique et de Madagascar). Les confrères travaillent dans les paroisses, au petit séminaire Jean-Paul II et enseignent dans des écoles. Les confrères qui travaillent à Bébalem sont : Roch Alexander Ramilijaona et Sylvain Rémy Disuka. Un troisième confrère y est attendu cette année, Léon Moninga Andogele et Ambrose Esigbemi Umetietie au petit séminaire. Ils ont besoin d’aide.

Tunisie (2011)
Langues : Arabe, français, anglais.
Les confrères sont dans le travail paroissial, dans les œuvres de charité avec Caritas, et aident le Bureau Diocésain de l’Education. Deux Missionnaires y travaillent : Narcisse DjerambeteYotobumbeti et Eric-Prosper Mputu Ebengo, à La Goulette ; Claudio Santangelo et Fadi Bassil à Sousse. A Sousse, la plupart des paroissiens sont des gens à la retraite, des expatriés, beaucoup de touristes et des familles mixtes (Islamo-chrétiennes).

N.B. L’idée d’étendre notre présence au Maghreb a été discutée durant l’Assemblée Générale de 2016. En fait, notre présence et notre mission y sont importantes pour établir des ponts avec les communautés musulmanes pour le bien des pauvres. L’Eglise en Tunisie est périphérique. Elle ne se suffit pas et elle n’a pas de séminaire pour former des prêtres. Les prêtres viennent de l’étranger. Les fidèles en Tunisie comptent près de 30.000 étrangers, étudiants universitaires et des expatriés. La majorité de la population est musulmane. C’est pour cela que le milieu est soupçonneux, indifférent et hostile. C’est ce que nous essayons de changer par notre témoignage.

Mission Provinciale :

Vice-Province de Mozambique :
Langues : Langue locale, Portugais et anglais.
Les membres de la Vice-Province servent les gens dans le besoin, travaillent dans la formation dans les séminaires, et dans une mission en Afrique du Sud. Pour poursuivre leur mission les confrères de la Vice- Province ont besoin de l’apport des autres provinces. Ils accueilleraient volontiers de nouveaux membres.

AMERIQUE

Missions Internationales :

Alaska, USA (2014)
Langues : Anglais et espagnol.
Les confrères servent les latino- américains de l’Archidiocèse d’Anchorage dont le nombre augmente. Ces confrères sont : Andrew Bellisario, Pedro Nel Delgado Quintero et Jesus Gabriel Medina Claros. Nous sommes en train de nommer un nouveau confrère pour cet Archidiocèse et pour le diocèse voisin. Nous avons besoin de plus de missionnaires.

Beni, Bolivie (2016)
Langues : langue locale et espagnol.
Deux confrères se préparent à ouvrir cette mission. On aura besoin de renfort pour agrandir la communauté.

Cochabamba, Bolivie(2009)
Langues : Langue locale et espagnol.
Les confrères David Paniagua et Jorge Manrique Castro travaillent dans les paroisses.

El Alto, Bolivie(1994)
Langues : langue locale et espagnol.
Les confrères servent les indigènes dans un travail de pastorale rurale et la formation des laïcs. Ces confrères sont : Aidan Rooney, Cyrille de la Barre de Nanteuil et Diego Jose Pla Aranda. Ils demandent des missionnaires

Punta Arena, Chili (2013)
Langue : espagnol.
Les confrères Angel Ignacio Garrido Santiago, Pablo Alexis Vargas Ruiz et Margarito Maetinez Gonzalez travaillent dans la pastorale. Ils demandent des missionnaires.

Tefé, Brésil
Langues : Langue locale et portugais.
Située au cœur de l’Amazonie Brésilienne, la Prélature de Téfé a été confiée aux Spiritains. Mgr Fernando Barbosa dos Santos, CM, quatrième évêque de la prélature, est le premier non Spiritain. La Prélature a une superficie de quelques 264.000 kilomètres carrés, elle compte 238.000 habitants, dix villes, 405 communautés riveraines, 40 communautés urbaines, 88 Communautés indigènes réparties dans 15 villages avec une population totale de 8500 habitants. C’est un pauvre pays de mission qui a besoin de plus de prêtres et d’évangélisateurs. La barque est le principal moyen de communication (de longues heures de voyage dans des conditions difficiles et précaires).

Quelques confrères ont déjà exprimé le désir d‘aller dans cette mission. Mais nous avons besoin de davantage de volontaires pour penser à l’ouvrir.

Mission Provinciale : 

Province de Cuba: Langue : Espagnol.
Cette Province manque de personnel bien qu’elle cherche à se reconfigurer avec une autre. Tous les confrères y sont les bienvenus pour un engagement à court ou à long terme.

ASIE – OCEANIE 

Missions Internationales

Les Iles Salomons (1993)
Langues : Anglais et Pidgin.
Les Confrères y sont engagés dans la formation (grand séminaire) et dans les paroisses rurales. Ce sont : Paulus Suparmono, Antony Punnoth, Ricardo Pradan et Brian O’SullivanJustin Eke et Tewolde Teclemicael poursuivent leur formation permanente. On sent le besoin d’enseignants de la philosophie et la théologie. Les confrères qui ont au moins une licence en philosophie ou en théologie seront d’un grand secours. L’enseignement se fait en anglais.

Papouasie-Nouvelle Guinée (2003)
Langues : anglais et Pidgin.
Le ministère est exercé dans différents diocèses. En plus de la formation au séminaire de Port Moresby, les confrères sont engagés dans les paroisses rurales et dans le centre de formation de culture missionnaire. Les confrères actuellement présents sont : Homero Marin, Marceliano Oabel, Emmanuel Lapaz, Jacek Tendej, Joel Bernardo Yco et Marcin Wrobel.

Mission Provinciale

Province de Chine.
Elle continue à servir pastoralement la population de Taiwan et de la Chine. La langue est le mandarin et les confrères sont engagés dans divers ministères.

◊ ◊ ◊ ◊ ◊

J’ai hâte d’entendre des volontaires pour l’une de ces missions. Pendant ce temps, portons dans nos prières ceux qui prêchent l’Evangile à l’étranger. Puissions-nous être tous remplis de l’Esprit de Jésus à la suite de notre Fondateur.

Votre frère en Saint Vincent,

Tomaž Mavrič, C.M.
Supérieur Général